Nouveau site d'actualité, conseils et analyses boursières! http://transactionbourse.com/

Fintro et la bourse

Discussions et échanges d'idées sur Fintro
Répondre
FAUCHE

Fintro et la bourse

Message par FAUCHE » mar. 2 févr. 2010 21:46

Fintro est une division indépendante de BNP Paribas Fortis. Elle dispose d’un réseau propre assez étoffé en Belgique, mais ce qui caractérise réellement Fintro est le fait que les agences sont dirigées par de vrais indépendants ; il ne s’agit pas d’un système franchisé. C’est ainsi que les murs, les meubles sont la propriété de Monsieur Jean-Louis Dewaels, que j’ai rencontré et qui constitue la 4ième génération de « banquier ». Il engage, choisit les qualifications et rémunère directement le personnel qu’il souhaite.

Le service de base bancaire, disons le « kit BNP Paribas-Fortis » est très ressemblant au service classique que l’on retrouve en général dans toutes les banques. La différence se situe au niveau du contact avec la clientèle, qui est plus empathique et plus personnalisé du fait du caractère « indépendant » de la maison.

Les produits annexes, tels que les assurances, les crédits hypothécaire ou les fonds de placements sont des produits « maison » sélectionnés par le gérant, M. Dewaels, en toute indépendance de directives d’où qu’elles viennent. D’ailleurs, Jean-Louis Dewaels est toujours répertorié comme géomètre et expert immobilier.

Mais entrons dans le vif du sujet : pour ma série d’articles pour dividende.be, j’ai l’honneur d’être reçu par le « propriétaire » de l’agence, figure archi-connue de l’entité brainoise. D’emblée, il est convenu que je puisse citer son nom et la localisation de son agence (avec une fierté certaine de sa part). L’agence Fintro de Braine le château se situe sur la Grand’Place, proche de l’ancien pilori, dans une ambiance où le caractère historique féodal a su être relativement préservé. Heureusement, une fois à l’intérieur nous faisons un grand bond d’un millénaire, même si nous sommes encore volontairement à l’ère des guichets pour les affaires courantes. L’atmosphère respire le neuf et la modernité et l’avarice du mètre carré semble ne pas avoir cours ici, aussi bien au sol qu’en vitrage. La transparence visuelle est agréable. Monsieur Dewaels m’accueille dans un des bureaux destiné à recevoir la clientèle qui souhaite des renseignements pour des produits spécifiques.

Le module bourse

En tant que rédacteur de Dividende.be, c’est naturellement le module de gestion des actions qui m’attire chez Fintro. Je tiens donc à savoir comment sera dirigé un client qui souhaite passer du livret d’épargne à des produits boursiers. A ce moment-là, mon interlocuteur souhaite que son spécialiste maison se joigne à la conversation, et M. Gaspard Franeau de faire son entrée dans notre petit débat. Monsieur Franeau à une formation de juriste en droit commercial et un master en droit.

On m’apprend alors qu’un certain nombre de clients Fintro ont en réalité envie de passer du livret « maison » vers des actions, produits censés être plus rémunérateurs, et le font. Une partie des liquidités migrent donc vers les produits boursiers. Comme dans toutes les enseignes bancaires que nous avons contactées, cette envie de se tourner vers les actions n’est pas franchement encouragée ; le client doit insister et être très motivé. L’argument qui est donné par mes interlocuteurs est que les déboires boursiers de 2007 et 2008 ont dégoutés certains clients des actions, qui ont, à tort, accusés l’agence pour les pertes subies, avec la mauvaise gestion de leur portefeuille pour motif. Cela les a parfois placés dans des situations de rupture avec certains clients.

Cependant, l’agence joue maintenant la carte de la volonté du client. Dans l’optique de la maison de Monsieur Dewaels, le client qui souhaite investir en actions doit être encadré, conseillé et même « maîtrisé ». Cela étant dit, le candidat boursier qui veut gérer lui même son portefeuille bénéficie d’une plate-forme de transactions online, avec des possibilités de cours en temps « presque en temps réel ». Quant au système d’ordres, il est relativement compréhensible mais limité. Du coté agence, un listing avec des consensus qui vont des conseils « vendre » à « acheter » sont disponibles. Il faudrait donc que l’agence transmette ces renseignements aux clients. Malheureusement la plate-forme est assez laconique en ce qui concerne les renseignements fondamentaux, produit par produit. On y retrouve peu de graphiques et la profondeur des cours n’existe pas. Ces lacunes sont compensées par l’organisation de conseils mis en place par Fintro de Braine le Château.

Les conseils vont principalement dans 2 sens

Primo, les conseils ciblent l’utilisation de la plate-forme, les ordres de bourse et leurs conséquences. Secundo, ils fournissent des conseils spécifiques sur les tendances du moment, ainsi que des orientations sur telles ou telles actions, en fonction de la personnalité du client investisseur. Il faut admettre que le système est efficace et tient plus des connaissances pointues que l’agence a de sa clientèle que de la complexité mouvante des marchés. L’équipe de M. Dewaels est vraiment imprégnée de la responsabilité qu’elle a vis-à-vis de ses clients par rapport aux possibilités de rendements.

J’ai donc constaté que les produits conseillés sont principalement des actions défensives, et ou classiques avec un rendement de dividende important, des bilans solides et un faible endettement. Le conseil va vers le long terme, et les actions avec des dynamiques agitées ou exotiques sont systématiquement écartées.

M. Dewaels m’a ensuite fait remarquer, et cela m’a assez étonné, que les clients « audacieux » rentrent dans une catégorie d’âges « sub-pensionné ». Si la plupart d’entre eux se sont mis à l’informatique, une grande partie de la clientèle boursière d’un certain âge travaille hors informatique. C’est d’ailleurs pour cette raison que les contacts entre les investisseurs et Fintro restent très étroits et nécessitent un suivi important. Là nous revenons évidemment aux caractères longs termes des produits en portefeuille. Dans ces conditions, la plupart des ordres se font par téléphone avec tout ce que cela implique, mais parait-il en toute confiance et confidentialité. Au niveau technique, Fintro travaille avec la salle des marchés de BNP Paribas Fortis.

Tarifs des transactions en actions

Groupe 1 : Nyse Euronext Bruxelles, Paris, Amsterdam, Lisbonne.

De 1 à 10.000 euros : 1% (minima de 25 euros)
De 10.000 à 25.000 euros : 0,85%
De 25.000 à 100.000 euros : 0,70%
Plus de 100.000.00 euros : 0,40%

Groupe 2 : Athènes, Dublin, Francfort, Helsinki, Londres, Luxembourg, Madrid, Milan, USA, Oslo, Stockholm, Vienne, Zurich

De 0 à 25.000 euros : 1,20% (minima de 50 euros)
Plus de 25.000 euros : 1,10%

Groupe 3 : Buenos Aires, Johannesburg, Melbourne, Singapour, Tokyo, Copenhague, Montréal

De 0 à 25.000 euros : 1,40% (minima de 75 euros)
Plus de 25.000 euros : 1,30%

Pour les ordres via PC Banking, une ristourne de 40% est appliquée sur le tarif minimum

Compte-titres

Actions et autres valeurs : 0.20% sur base annuelle. Les frais de gestion se feraient au prorata de leur valeur boursière trimestrielle, système compliqué et archaïque.

Estimation Globale

Accueil général par téléphone : 7/10
Accueil général sur place : 9/10
Qualité de l’équipe commerciale : 8,5/10
Qualité de compétence dans le domaine boursier : 8,5/10
Propension à suivre le client vers une orientation « action » : 6/10
Outils boursiers maison Fintro : 5/10
Outils boursiers clients Fintro online : 4,5/10
Tarif des frais de courtage : 3/10
Ordres à seuils de déclenchement : 1/10
Nombres de marchés disponibles : 9,5/10

Cotation globale : 62/100

Pour conclure, je dirais que Fintro se démarque des autres bancaires par son service et ses divers produits « maison ». L’approche des produits boursiers se fait via des outils légèrement plus performants que la moyenne aussi bien au niveau interne que via le PC online. De plus, nous retrouvons la volonté maison de se démarquer des autres par la valeur des conseils individuels. Il reste que l’approche des sujets actions n’est pas vraiment poussé par la maison. Ceci étant dit, le client boursier entêté est vraiment bien conseillé et la compétence en la matière est plus que parfaite.

Il est par contre étonnant d’entendre dire par M. Dewaels et son collaborateur, M. Franeau, que les clients ne semblent pas du tout traumatisés par la tarification boursière. Selon eux, les clients qui émigrent vers des courtiers spécialisés sont l’exception. Malgré ces tarifs excessifs, Dividende.be se doit de mettre en exergue que le client qui est tenté par les actions trouve chez Fintro une bonne base de départ ainsi qu’une équipe à l’écoute qui fera tout pour que l’approche « actions » ne soit pas une aventure à l’aveugle.

Article écrit par Fauché, Dividende.be ©
Toute reproduction, même partielle, de cet article est formellement interdite.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité